24 heures pour t’aimer, une journée idéale.

13042010

24 heures pour t'aimer, une journée idéale. dans Geometrie Amoureuse 100413095603898828

Un village, ensoleillé , désert et nous au milieu. Je m’étais toujours dit que cette petite terrasse devait réserver de doux moments aux amoureux du printemps. Je ne m’étais pas trompé, contrairement à Galilée qui n’avait pas compris que le Soleil tournait autour de toi.

 

100413095634639732 dans Geometrie Amoureuse
Un concert parisien: petite salle et banquette confortable. Elliot Murphy au meilleur de sa forme et ta main qui s’attarde sur ma nuque. Pas besoin de tabouret pour me hisser au dessus de la foule, je m’élève, je flotte mi hagard-mi électrisé.

 

 

Un bar à tapas se prépare à accueillir un concert de musique manouche. Je m émerveille d’être à tes côtés quand tant de gens cherchent à croiser ton regard, tandis que les leurs se perdent, immanquablement, rêveurs, sur le bas de ton dos. On rit de tout: des minuscules événements, des secondes qui passent.

La voiture. Tu kidnappes ma main. Tu serres, tu presses, tu appuies, tu malaxes, tu pétris. Mes doigts sont prisonniers, tu me libères.

La nuit. Sans toi, mes nuits sont devenus ternes et sont moins belles que nos jours. Allongé contre  toi, le rêve s’arrête à l’instant où je m’endors. Entre tes bras la nuit jette sur moi un flot de lumière.


Le petit dej m’offre une parenthèse de dix minutes . Je sors acheter du pain frais pour nos agapes. C’est que le petit dej, c’est sacré: confitures à gogo et jambes entrelacées. Dans la rue chacun de mes  pas martèle le sol et résonne en moi : je t’attendais , je t’attendais , je t’attendais …

 

Le canapé vert, pourri, défoncé, vestige des années héroïques,  fidèle ami de toutes les campagnes, compagnon de nos 20 ans, de nos 30 ans, de nos 40, poursuit inlassablement son chemin vers les 50. Il en a vu passer des couples, il a accueilli tant d’ amours, accompagné tellement d’étreintes qu’il avait fini, comme moi, par devenir un peu blasé. Lui aussi se paie une nouvelle jeunesse: complice de galipettes.

La forêt. Immense, essentielle, envoutante, labyrinthe végétal et minéral. Terrain de jeu idéal. Terrain d’amour. Elle nous abrite et nous élève, nous montre l’horizon. C’est là que tout a commencé. Y revenir, toujours, à chaque saison.

Les heures passent, les aiguilles tournent et me ramènent sans cesse à toi.




Ta petite musique de nuit

8022010

Ta petite musique de nuit dans Geometrie Amoureuse musiquedenuit

Sous mes mains le  rythme de ton  cœur  s’apaise,  ralentit et se renforce. Dans mon lit, un torrent s’assagit et se régule.

Soudain, tes membres semblent ne plus t’appartenir, ils sont agités de petits soubresauts incontrôlés et désordonnés. Ce sont les souvenirs de ta journée passée qui s’échappent de ton corps par ses extrémités.  Ce sont les derniers tourbillons du ruisseau qui devient rivière,  le souvenir de la montagne qui agite encore l’eau dans la plaine.

C’est la dernière tempête avant le calme.

Puis, peu à peu, ton corps si léger se fait un rien plus pesant. Il s’abandonne et se laisse aller à la confiance entre mes bras, il a baissé les armes. Je glisserais bien avec toi dans ce lent tempo mais mon esprit refuse cet abandon. Il veille. Il est à l’écoute de la petite musique qui monte en toi. Seule ta respiration résiste encore au sommeil, sa pulsation est de plus en plus lente, régulière, elle emplit l’espace.  Il règne dans la chambre le silence qui précède le début du concert: les instruments sont accordés, le public s’est tu…L’air lui même semble retenir son souffle.

Et tout à coup, elle est là, elle emplit la pièce et mon cœur.

La douce musique de nos nuits sort de ta poitrine  : tu dors.

Contre moi.

 




Le geste rond.

27012010

Le geste rond. dans Geometrie Amoureuse gesterond

Tu souris quand je parle de ton geste rond.

Il est pourtant parfait. Le mouvement de ton bras, quand  tu le lèves pour le poser sur mon visage, est l’expression même de la féminité et de la grâce. Tu tends ta main d’un geste lent, paume ouverte, offerte,  le temps semble alors subir une distorsion.  Tu t’approches encore et un flot de tendresse me submerge. Soudain ta peau me touche et tes doigts, pourtant immobiles,  me chuchotent des centaines de je t’aime . Ta main reste posée quelques secondes,  elle n’exerce aucune force sur ma joue, nul besoin de pression pour prouver l’évidence de notre rencontre. Ce n’est pas la caresse furtive et pressée des amants habitués, c’est une invitation au voyage immobile. Il me suffit de fermer les yeux pour flotter, suspendu, entre mon appartement et Cassiopée.

C’est une promesse de jours heureux, c’est la première pierre du chemin.

C’est le geste rond.




Un peignoir ouvert sur l’avenir.

1012010

Un peignoir ouvert sur l'avenir. dans Geometrie Amoureuse 01janvier

Ta poitrine écarte délicatement le peignoir, c’est une porte de coton ouverte sur l’avenir. Un oeil rouge me guette et m’invite à entrer en 2010. Les courbes de ton sein s’allient à la douceur de la lumière et je reconnais la vibration de ce moment, c’est celle d’une émotion toute particulière, quand je prends conscience qu’à cet instant je ne pourrais être nulle part mieux qu’ici, avec toi.  Les larmes inondent mon sourire: c’est un signe qui ne trompe pas. Il ne manque rien, tout est en équilibre pour quelques secondes d’un bonheur éphémère mais absolu.

Cette année tu seras l’ange qui arrête les aiguilles de l’horloge sur les moments parfaits.

 







bolduc |
Plurielle |
Bulles de vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'une fille sans av...
| andrelimoges
| Mes amours, mes trésors, vo...