La nuit des lucioles

18022010

La nuit des lucioles dans Magie lucioles

Nous étions une bande de jeunes imbéciles heureux, en vacances en Thaïlande. La vie était douce et facile: des amis, des amours, pas d’emmerdes. Nous avions une soif permanente d’activités physiques, il fallait sans cesse abreuver nos 25 ans, de marche, de course, de canoë, de trekking…

C’était l’absolu contraire de l’éloge de la lenteur.

Après le tour des îles et des plages du Sud, nous avions décidé d’aller visiter le Nord du pays. Mi culture-mi nature : statues et forêt tropicale. Je ne sais plus bien si nous avions atterri dans ce village à la suite d’une journée de radeau ou bien si nous y étions arrivés à dos d’éléphant, quoi qu’il en soit, ce soir là, nous étions sur une terrasse de bois à boire notre inévitable Shinga beer.

L’air était tiède, l’ambiance douce et amoureuse. La lumière déclinait, les rumeurs des conversations et celles du village nous parvenaient, lointaines. J’étais allongé dans les bras de mon amoureuse, à moins que ce fut le contraire … Plus la lumière s’éloignait, plus on se rapprochait.

Tout à coup je crus déceler une étoile filante à travers le feuillage, je me rendis immédiatement compte de la stupidité de mon impression, mais une seconde après, de nouveau, je voyais une minuscule lumière scintiller un instant dans la nuit. C’était une petite lueur blanche qui clignotait et se déplaçait. On la voyait ici, elle disparaissait une fraction de seconde et on la retrouvait plus loin.

Le temps que je prenne conscience de ce que je voyais, une autre, puis deux, puis cinq, puis dix autres petites loupiotes magiques avaient rejoint la première.

Je croyais à une invasion de fées clochettes! Qui pouvait bien lancer ces confettis lumineux sur nos têtes? Je n’avais jamais rien vu d’aussi poétique.

C’était une danse  nuptiale, un  mini feu d’artifice amoureux éclatait quelques mètres au-dessus de nous.

Des lucioles appelaient leurs femelles de la plus jolie manière, elles agitaient leur petites lampes torche dans la nuit pour dire « Je suis là, j’arrive! » et faisaient naitre une nouvelle carte du ciel, changeante, dansante  et romantique. En y ajoutant de nouvelles constellations elles nous expliquaient que ces  10 minutes de contemplation allaient nous laisser plus de souvenirs de ce voyage que nos vaines agitations.
Ce soir là, dans ses bras, j’ai vraiment vu les trente-six chandelles!







bolduc |
Plurielle |
Bulles de vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'une fille sans av...
| andrelimoges
| Mes amours, mes trésors, vo...